Conclave politique

Concertation des partis à Arambo : la Coalition pour la nouvelle république dit niet !

Concertation des partis à Arambo : la Coalition pour la nouvelle république dit niet !
Concertation des partis à Arambo : la Coalition pour la nouvelle république dit niet ! © 2020 D.R./Info241

Sans surprise, la Coalition pour la nouvelle république (CNR, opposition radicale) a décliné ce mardi, l’invitation du Premier ministre gabonais Julien Nkoghe Bekale à participer à une concertation de la classe politique nationale ce mercredi matin. Dans un communiqué parvenu ce mardi à la rédaction d’Info241, la CNR a dénoncé plusieurs manquements de forme et de fond autour de cette invitation entrant dans le cadre des « consultations régulières » des actuelles autorités gabonaises.

Les partis membres de la Coalition pour la nouvelle république, proches de l’opposant Jean Ping, ne participeront pas à la concertation du Premier ministre autour de la classe politique nationale prévue ce mercredi à 10h00 à l’immeuble Arambo de Libreville, par ailleurs siège de plusieurs ministères dont celui de l’Economie. Dans son communiqué de refus, la CNR pointe plusieurs irrégularités dans le courrier officiel adressé lundi aux partis politiques par le ministre de l’Intérieur.

Une précédente réunion publique à Arambo

Pour la CNR, cette « invitation met en exergue une légèreté dans la démarche dont ce régime est devenu coutumier et qui ne cesse d’abîmer l’État » mais aussi déploré que celle-ci « ne comporte pas un ordre du jour précis ». Avant de marteler que « Plus fondamentalement, cette invitation intervient dans un contexte de manœuvres obscures, marqué notamment par les apparitions épisodiques et par éclipses de M. Ali BONGO. Il y a quelques jours, on a assisté à une tentative incongrue aux objectifs inavoués, consistant à raccourcir le mandat en cours du Sénat ».

Dénonçant le climat politique général depuis 2016, la CNR rappelle que le régime d’Ali Bongo reste fondé « sur les pires méthodes des régimes dictatoriaux ». Aussi, « les conditions favorables au déploiement de l’action des partis politiques, conformément à la Constitution, ne sont pas réunies ». Pour l’illustrer cet argument, la CNR convoque l’inexistence de l’accès des partis politiques aux média d’Etat, la liberté des réunions publiques et les libertés publiques qui « sont constamment bafoués par ce régime ».

Suite à ce plaidoyer sombre de l’état de la démocratie dans notre pays, la CNR dit trouver « sans fondement l’organisation de cette réunion, qui s’ajoute à une succession de mises en scènes institutionnelles et de fuites en avant qui prolongent inutilement et cyniquement le naufrage de l’État et le discrédit de tout un pays ». Voilà qui est dit !


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article