21:40

Présidentielle 2016

Ces chiffres officiels du Haut-Ogooué qui sont élémentairement faux... par eux-mêmes !


Analyse
  • Ces chiffres officiels du Haut-Ogooué qui sont élémentairement faux... par eux-mêmes ! © 2016 D.R./Info241
Publié le 2 septembre 2016 à 06h52min

Nous vous avons déjà démontré comment les chiffres officiels de la présidentielle gabonaise au Haut-Ogooué, qui ont permis à Ali Bongo d’être déclaré vainqueur, étaient des faux grossiers. Mais nous n’avons pas mesuré à quel point ils pouvaient être faux ! Une seconde analyse de ces chiffres révèle des erreurs de simples additions qui démontrent une nouvelle fois, le tripatouillage qu’ils ont subis pour favoriser le président sortant.

Lire aussi >>> Présidentielle 2016 : Ali Bongo déclaré élu sur la base d’une fraude grossière

Ali Bongo est incontestablement le champion de la fraude électorale. Après avoir démontré à propos du nombre d’inscrits que ceux-ci variaient selon qu’on se référait à la liste électorale « biométrique » dite « IBOGA » (71.123 Inscrits) ou au procès-verbal de centralisation des résultats pour la province du Haut-Ogooué et aux résultats définitifs proclamés par le ministère de l’Intérieur du Gabon (71.740 inscrits).

Les résultats proclamés du Haut-Ogooué

Mais surtout, après avoir démontré qu’Ali Bongo - par miracle - avait obtenu 2.991 voix de plus que celles consignées dans le procès-verbal de centralisation des résultats pour la province du Haut-Ogooué (65073 voix dans le procès-verbal contre 68064 voix, selon le ministère de l’Intérieur). On se rend compte que lorsque l’on examine de plus près les résultats du ministère de l’intérieur ceux-ci se contredisent royalement. Un véritable florilège d’inepties.

Résultats officiels intrinsèquement funambulesques

La première chose qui surprend lorsqu’on regarde les chiffres du ministère de l’Intérieur c’est le pourcentage d’Ali Bongo (95, 46%) qui n’est pas conforme aux chiffres annoncés par le ministère car si on procède à un rapide calcul (une basique règle de trois) en considérant toutes les données officielles pour la province du Haut-Ogooué, Ali Bongo obtient plutôt avec ses 68.064 voix pour 71.677 votants, 94,95% de suffrages exprimés. Mauvais calcul ? Précipitation ?

La deuxième surprise - et de loin la plus importante – apparaît en additionnant les voix obtenues par tous les candidats dans le Haut Ogooué (Ali Bongo = 68.064 voix ; Jean Ping = 3.071 voix ; Raymond Ndong Sima 31 voix, Bruno Ben Moubamba 30 voix et Augustin Moussavou King = 29 voix), on a un résultat non pas 71.677 mais de 71.225 votants ! Il y a donc 450 voix qui sont purement et simplement « flottantes » sans trop savoir à qui elles appartiennent !

Ce sont donc sur ces résultats complètement fallacieux que se basent Ali Bongo, son clan et ses partisans pour affirmer toute honte bue qu’il est « réélu » à la tête du Gabon jusqu’en 2023.

Si malgré cette évidente fraude, qui telle une cruelle vérité s’impose désormais à tous rien n’est fait, il serait mieux de couronner Ali Bongo - comme Bokassa jadis – Empereur du Gabon, ce sera certes ridicule mais moins grotesque que sa « réélection » à la tête du Gabon.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile