08:03

Nouveau gouvernement

Bruno Ben Moubamba dénonce les erreurs de casting du « gouvernement Fargeon »


Politique
  • L’ancien vice-premier ministre et les 5 personnalités épinglées par ses critiques © 2019 D.R./Info241
Publié le 11 juin 2019 à 21h11min

Le nouveau gouvernement gabonais annoncé lundi soir, continue d’être diversement apprécié dans l’opinion et chez les acteurs politiques. Pour l’ancien vice-premier ministre d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba, la nouvelle moisson gouvernementale qui serait l’œuvre du puissant directeur présidentiel, le franco-gabonais Brice Fargeon Alihanga, serait gangrenée par au moins 5 incohérences liées au choix des personnalités devant incarner certains ministères. Des erreurs de casting qu’Info241 décrypte pour vous.

Bruno Ben Moubamba a son propre avis sur la nouvelle composition du gouvernement annoncé ce 10 juin peu après 18h. Pour celui qui croyait encore fermement à la politique avisée d’Ali Bongo, le gouvernement Nkoghe Bekale II qu’il qualifie volontiers de « gouvernement Fargeon », souffre de plusieurs incohérences dont il ne s’est pas privé de dévoiler ce mardi matin sur sa page Facebook.

Lire aussi >>> Ali Bongo dégraisse son gouvernement de quelques ministres

La première étant le jumelage de la Justice et de l’Intérieur confié au fils d’Antoine de Padoue Mboumbou Miyakou, Edgard Anicet, qui n’est pas sans poser de problème éthique. « Un ministre de l’intérieur n’a jamais été Ministre de la justice et Ministre de l’Intérieur », lance-t-il. Avant d’ajouter : « Pour le dire en Français facile le Ministre qui sévit, contrôle ou couvre des opérations pas nécessairement propres (Intérieur) et le Ministre qui juge tout en défendant l’état de droit et l’éthique de la responsabilité ».

La réaction de l’ancien vice-premier ministre gabonais

La seconde incohérence repose sur le choix d’Alain-Claude Bilie By Nzé qui a quitté la Culture et les Sports pour les Affaires étrangères. Pour Moubamba qui a déjà eu plusieurs accrochages avec le ministre promu à la diplomatie gabonaise, Bilie By Nzé « est sans diplôme, ne dispose d’aucun carnet d’adresses crédibles ». Des atouts qui manquent à l’appel chez le député de Makokou et qui convainc l’ancien vice premier ministre de clamer qu’Alain-Claude Bilie By Nzé « ne peut pas diriger la diplomatie gabonaise ».

Le troisième grief porté contre ce « gouvernement Fargeon » réside sur le choix de Noël Mboumba, propulsé au ministère du Pétrole, du Gaz et des Hydrocarbures. Le verdict de Moubamba est sans appel, « Un Ministre qui a fini de ruiner la société de raffinerie (SOGARA) ne peut pas gérer le secteur du pétrole en crise ». Moubamba s’en prend ensuite au tout nouveau ministre de l’Economie Roger Owono Mba. Pour lui, « Un Ministre qui a mis à genoux en partie la Banque gabonaise de développement (BGD) peut-il redresser l’économie gabonaise ».

Enfin, le président de l’ACR termine son tacle en critiquant le choix du nouveau ministre de la Communication Rigobert Ikambouayat Ndeka. Pour lui, l’ancien gouverneur de l’Estuaire n’est pas à sa place au gouvernement car celui fait partie des nombreux responsables de « criminels rituels » commis dans le pays. Une accusation qu’il étend à l’ensemble de ce gouvernement. « Il n’est pas acceptable de retrouver dans un gouvernement autant de criminels rituels et à des postes significatifs », a-t-il conclu.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile