14:33

Remaniement gouvernemental

Brice Laccruche Fargeon chassé à son tour du gouvernement gabonais


Politique
  • Brice Laccruche Fargeon chassé à son tour du gouvernement gabonais © 2019 D.R./Info241
Publié le 2 décembre 2019 à 20h49min

La descente aux enfers de l’ancien directeur de cabinet présidentiel Brice Laccruche Fargeon s’est de nouveau poursuivi ce lundi soir. Au terme d’un énième remaniement surprise, celui qui était jusque-là recasé au gouvernement, s’est vu éjecté de l’équipe de Julien Nkoghe Bekale. Une éviction qui signe la fin de l’AJEV et de son président, Brice Fargeon, dont plusieurs proches ont été jetés en prison pour corruption et détournement de deniers publics. Outre Fargeon, son beau-frère Tony Ondo Mba et Noël Mboumba ont également été remercié du gouvernement.

Ali Bongo vient de mettre un point final à l’ascension controversée de son ancien « messager intime », devenu depuis quelques semaines la bête noire du régime gabonais. Selon le 6e remaniement du gouvernement intervenu de ce 2 décembre, l’éphémère ministre du Suivi de la stratégie de développement humain et des Objectifs du développement durable a tout bonnement été congédié du gouvernement.

Fargeon et Ali Bongo, lors de sa prise de fonction au gouvernement

Une décision plutôt logique devant les arrestations en cascade de ses proches ces dernières semaines, depuis l’éviction de l’ancien directeur de cabinet présidentiel le 7 novembre dernier. Renvoyé au gouvernement pour un portefeuille ministériel vide d’attribut, Brice Fargeon tentait de faire croire à une promotion alors que ses proches, membres de son association pro-Bongo, subissaient les affres de la justice gabonaise pour des faits de corruption et d’enrichissement illicite.

Son éviction actée, Brice Fargeon devrait donc se retrouver dans la nasse de l’opération scorpion qui frappe depuis son éviction du palais présidentiel nombre de ses proches. L’ancien super intendant présidentiel voit ainsi la roue tourner sur son hégémonie sur le centre de pouvoir gabonais, lui que l’on prête des velléités présidentielles. Une page se tourne donc pour la vague bleue et les Ajeviens qui brillaient de mille feux dans les sociétés étatiques.


Laissez un commentaire
© 2013-2019 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile