Web-Stat analytics
Impayés

Averda annonce l’arrêt de ses services en raison de 24 mois d’impayés de l’Etat gabonais

Averda annonce l’arrêt de ses services en raison de 24 mois d’impayés de l’Etat gabonais
Averda annonce l’arrêt de ses services en raison de 24 mois d’impayés de l’Etat gabonais © 2019 D.R./Info241

L’information bruissait déjà depuis plusieurs jours. Et pour cause, le Gabon cumule deux ans d’impayés à l’entreprise de collecte et de ramassage d’ordures Averda, présente dans les villes de Libreville et d’Akanda. Une ardoise salée estimée à plus de 20 milliards de nos francs qui oblige Averda Gabon, dans un communiqué parvenu ce lundi à la rédaction d’Info241, à annoncer « l’arrêt temporaire de tous ses services de gestion des déchets » au Gabon. 700 employés et autant de familles gabonaises pourraient être gravement impactés par cette décision économique si le Gabon ne règle pas rapidement ses dettes vis-à-vis de la filiale gabonaise de cette entreprise libanaise basée à Dubaï (Emirats Arabes Unis) et à Londres (Royaume-Uni).

L’Etat gabonais est clairement accusé de nuire à la santé économique d’Averda. Via Clean Africa, l’Etat gabonais totalise pas moins de 24 mois d’impayés à l’entreprise de collecte des ordures de la capitale gabonaise. Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, Averda précise : « les services qui ont été suspendus sont la collecte des déchets, le balayage des rues, nettoyage des plages et le curage des caniveaux dans la ville de Libreville et d’Akanda, ainsi que le transfert des déchets collectés au centre d’enfouissement de Mindoubé ».

Le siège de l’entreprise

Avant d’ajouter que « cette décision a été prise délibérément après de nombreuses discussions en interne et fait suite au non-paiement des prestations de Averda de la part de Clean Africa (l’État gabonais) depuis 24 mois cumulés ». Malgré cette longue période d’impayés supporté par le groupe international, « Averda a maintenu ses services et a continué à rémunérer l’ensemble de ses 700 employés dans sa totalité et dans les temps, entrainant des pertes financières considérables auxquelles la société doit maintenant faire face », rappelle l’entreprise flouée.

Une situation cocasse qui pourrait avoir de graves conséquences sur le plan social avec des familles qui pourraient finir sur le carreau. « Toute l’équipe de Averda a conscience des répercussions qu’entraînera cette décision regrettable sur les gabonais, nos employés ainsi que leurs familles, c’est pourquoi nous tenons à rassurer toutes les personnes concernées car nous mettons tout en œuvre pour trouver un accord satisfaisant avec Clean Africa et l’État gabonais », rajoute Averda Gabon.

A charge donc à l’Etat gabonais et aux mairies concernés de trouver une solution pour éviter que les ordures ne refassent surface dans la capitale gabonaise. La salubrité de la capitale gabonaise ayant toujours fait les frais de la mauvaise gestion financière que se partage l’Etat gabonais et la mairie de Libreville qui n’a toujours pas les coudées franches dans ce dossier épineux à gros sous. Selon plusieurs sources, le contrat d’Averda coûte à l’Etat gabonais 12 milliards par an. Ce qui porte à 24 milliards la dette de l’Etat. Contrat qui court jusqu’en décembre 2019.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article