08:00

Mesures d’austérité

Austérité : Moubamba dénonce les « flibustiers de l’opulence » d’Ali Bongo voulant « clochardiser » les Gabonais


Politique
  • Austérité : Moubamba dénonce les « flibustiers de l’opulence » d’Ali Bongo voulant « clochardiser » les Gabonais © 2018 D.R./Info241
Publié le 11 juillet 2018 à 09h59min

L’ancien Vice-Premier ministre gabonais, Bruno Ben Moubamba a livré hier au cours d’une conférence de presse au siège de son parti à Libreville, sa lecture des récentes mesures d’austérité « prises » contre le peuple par Ali Bongo et son gouvernement. Au travers d’une lettre ouverte à Ali Bongo, Moubamba a tenu à dénoncer ceux qu’il a désigné comme étant les « flibustiers de l’opulence » qui gouvernent aux cotés d’Ali Bongo contre l’intérêt supérieur de la Nation. Des pics en règle adressés à ses anciens camarades du gouvernement dont il avait été débarqué sans ménagement le 7 septembre 2017.

L’ancien Vice-Premier ministre d’Ali Bongo rappelle dans sa lettre ouverte qu’en juin 2017, il avait déjà alerté le « gouvernement et l’opinion sur les conséquences tragiques à venir du mécanisme élargi de crédit par lequel le FMI a mis le Gabon sous le plan d’un ajustement structurel ne disant pas son nom ». Pour Moubamba, les mesures d’austérité annoncées par le gouvernement seraient non seulement dangereuses mais imposés par les flibustiers de l’opulence, tapis au gouvernement.

Pour Moubamba, Ali Bongo a « sacrifié le peuple gabonais » en acceptant d’appliquer ces mesures. Pour l’opposant, il existe d’autres méthodes de renflouement des caisses de l’Etat parmi lesquelles le regroupement des multiples caisses du secteur pétrolier, le rachat de la dette, l’optimisation des régies financières, l’élargissement de l’assiette fiscale ou encore le recours aux partenariats publics-privés sans corruption.

Pour le président de l’ACR, le FMI n’a jamais demandé à Ali Bongo d’imposer des mesures d’austérité insupportables telles que la mise sous bons de caisses des fonctionnaires avec des conséquences néfastes pour les banques, la baisse des salaires pour « la petite classe moyenne », le gel des concours, des mises en stages, des titularisations, avancements et autres reclassements des fonctionnaires. Mais aussi, l’interdiction de recrutement de la main-d’œuvre non-permanente, la mise à la retraite des fonctionnaires absents pour cause de maladie, le désossement de l’Etat par la réduction des effectifs des cabinets.

Interrogé sur l’identité de ces « flibustiers de l’opulence » qui auraient inspirés ces mesures « insupportables » d’Ali Bongo, Bruno Ben Moubamba a indiqué que le chef n’était autre que l’actuel Premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet. Les autres flibustiers qui conduiraient le Gabon à sa ruine sont dans la « haute administration » Liban Soleman (PSGE) et Serge Mickoto (FGIS). Dans le gouvernement, Moubamba cité volontiers Madeleine Berre, Régis Immongault...

Alors qu’il continue d’exonérer Ali Bongo dont il dénonce désormais la déloyauté, Moubamba indique que ces flibustiers tapis dans le gouvernement ont pondu « un plan de relance économique absolument catastrophique ». Ce plan ne serait « basé que sur l’endettement et la dépense... on ne connait pas les recettes ».


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile