Discours à la nation

Appel de Jean Ping aux Gabonais : le gouvernement d’Ali Bongo appelle au « ressaisissement »

Appel de Jean Ping aux Gabonais : le gouvernement d’Ali Bongo appelle au « ressaisissement »
Appel de Jean Ping aux Gabonais : le gouvernement d’Ali Bongo appelle au « ressaisissement » © 2017 D.R./Info241

Après l’appel d’hier de Jean Ping à manifester pacifiquement dans tout le pays jusqu’au départ d’Ali Bongo, les réactions du régime controversé d’Ali Bongo ne se sont pas fait attendre. Le premier à s’y coller a été le ministre de l’Intérieur qui dans une déclaration lu hier soir sur la télévision nationale, a tenu à son tour à menacer non pas Jean Ping mais ceux qui « seraient tentés de défier l’autorité de l’Etat ». Le gouvernement appelle ainsi au « ressaisissement ».

Quelques heures seulement après son discours à la nation appelant au départ sans délai d’Ali Bongo pour le respect de la souveraineté du peuple exprimée le 27 août dernier, le camp au pouvoir a vite fait de réagir. Par la voix de l’actuel ministre de l’intérieur Lambert-Noel Matha, le "candidat malheureux" Jean Ping, "s’est à nouveau illustré par des propos séditieux menaçant gravement la paix, la cohésion et l’unité qui fondent notre vivre ensemble".

Plutôt que de s’adresser à Jean Ping qui a clairement appelé les Gabonais à renverser le régime par des voies d’expression démocratique, Lambert-Noel Matha a préféré lui s’adresser spécifiquement à ceux-là qui seraient tentés de défier l’autorité de l’Etat : « le Gouvernement les appelle au ressaisissement, à la soumission aux principes et valeurs qui fondent tout État démocratique, sous peine de voir opposés à eux, les affres de la loi que nul n’est sensé ignorer ».

Un message ambiguë qui montre bien le malaise qui s’est installé depuis hier dans le pays après le discours tranchant de Jean Ping à l’endroit de ce « groupuscule d’hommes et de femmes, habités par une faim insatiable à demeurer au pouvoir » contre l’avis du peuple souverain. Jean Ping avait ainsi appelé à organiser « toute manifestation civique conforme aux droits à la libre expression, à la liberté de manifester, et aux droits fondamentaux prescrits par la Constitution ».

Voici l’intégralité de la sortie d’hier du ministre de l’Intérieur :

DÉCLARATION DU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR

Ce 18 août 2017, dans une déclaration à ses partisans, Monsieur Jean PING, candidat malheureux à l’élection présidentielle du 27 août 2016, s’est à nouveau illustré par des propos séditieux menaçant gravement la paix, la cohésion et l’unité qui fondent notre vivre ensemble, en ce qu’ils :
- portent atteinte à l’indivisibilité de notre République ;
- incitent au trouble à l’ordre public ;
- appellent à l’insurrection et à la rébellion ; toutes choses aux antipodes des valeurs démocratiques dont il se réclame pourtant.
Face à ces multiples dérives, et devant la gravité des faits, le Gouvernement de la République garant de la Sécurité des personnes et des biens, entend faire respecter et triompher le droit sur tout autre attitude.
C’est pourquoi, à l’endroit de ceux-là qui, commanditaires ou auteurs des faits, seraient tentés de défier l’autorité de l’Etat, en posant ou en perpétrant tout acte répréhensible, le Gouvernement les appelle au ressaisissement, à la soumission aux principes et valeurs qui fondent tout État démocratique, sous peine de voir opposés à eux, les affres de la loi que nul n’est sensé ignorer.

Fait à Libreville, le 18 août 2017.

Le Ministre de l’Intérieur de la Sécurité Publique et de l’Hygiène Publique chargé de la Décentralisation et du Développement Local.

Lambert-Noel MATHA


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article