04:34

Citoyenneté

Anges Kevin Nzigou prône une solution citoyenne contre la crise politique au Gabon


Société
  • L’avocat Anges Kevin Nzigou lors de son allocution © 2017 D.R./Info241
Publié le 1er août 2017 à 16h55min

A l’occasion d’un meeting organisé le 29 juillet dans le 6e arrondissement de Libreville, l’avocat engagé, Anges Kevin Nzigou, auréolé du prix du citoyen gabonais de l’année 2016 des Awards de l’info, a appelé de tous ses vœux les citoyens peu importe leurs obédiences à œuvrer et à s’impliquer dans la recherche des solutions de sortie de la crise généralisée et la conjoncture qui paralysent tous les pans de développement du pays, par le canal de la création « des comités citoyens ».

Le Gabon est un pays inanimé. La crise post-électorale au sortir l’élection controversée d’Ali Bongo continue de freiner le développement de toute une nation malgré son potentiel. Pour y parvenir, les politiques, tous bords confondus vont de leurs recettes jusqu’à présent inopérantes. Tous les indicateurs sont au rouge. La conjoncture sociale, économique et politique est plus que patente. Que faire ? Quelles solutions préconisées pour sortir de cette crise ? Telles sont les questions qui ont été au cœur de la sortie publique de l’avocat gabonais, Anges Kevin Nzigou, par ailleurs fondateur et ex président du Mouvement des Jeunes de l’Union du peuple gabonais (UPG, tendance loyaliste de Moukagni-Iwangou).

Dans son propos de circonstance, maître Anges Kevin Nzigou a égrainé ses idées de citoyenneté. Pour lui, il est plus que nécessaire de mettre les citoyens au cœur du processus de recherche des solutions. Pour cela, l’avocat a suggéré de mettre en place très rapidement les comités citoyens répandus dans tout le territoire national. Concernant la composition, ces plateformes citoyennes seront composées d’une assemblée d’hommes et de femmes sans étiquettes politiques, dissimulés dans chaque arrondissement afin de cogiter et d’accoucher des idées matrices pour solutionner la crise.

Dans son propos du samedi 29 juillet, dans le quartier de Nzeng-Ayong, devant les riverains, les leaders de la jeunesse gabonaise, et les hommes politiques de l’opposition, l’auteur « Manifeste pour le respect des libertés publiques au Gabon » a entretenu l’assistance sur les valeurs citoyennes. Tout en annonçant le lancement prochain d’une caravane citoyenne qui avait pour but de rafraichir le débat autour de la crise généralisée dont les premières victimes sont des citoyens, les hommes politiques étant tous à l’abri du besoin.

Exposant sa vision, maître Anges Kevin Nzigou a réaffirmé son engagement «  à donner aux Gabonais cette condition vitale de l’exercice de la citoyenneté, qui est la liberté de débattre, et donc de savoir, et de nommer. Les comités citoyens de réflexions que j’appelle de mes vœux procèdent de cette volonté ». D’où il a invité tous les citoyens à jouir de leur liberté dans la destinée du Gabon : « J’en appelle aujourd’hui à toutes les femmes et les hommes de bonne volonté. J’en appelle aujourd’hui à toutes celles et ceux qui dans notre pays croient dans la réconciliation de la liberté et du progrès. J’en appelle aujourd’hui à toutes celles et ceux qui ne veulent pas simplement guetter dans la pénombre une lueur d’espérance mais qui veulent l’incarner », a-t-il scandé du haut de sa tribune.

C’est clair, l’avocat Anges Kevin Nzigou renie aux hommes politiques de l’exécutif actuel et l’ensemble des tenanciers du régime d’Ali Bongo de trouver des probables solutions de gouvernance pour éviter la dégradation totale du pays. D’où, il exhorte les Gabonais à « être conscients des nouvelles exigences de notre temps ». En tirant la sonnette d’alarme sur la situation alarmante du pays, les citoyens doivent se mobiliser de toutes leurs forces pour libérer le pays de « l’acharnement d’un système machiavélique, qui n’est plus à la hauteur de rien ».

Selon le juriste engagé dans l’opposition et qui défend les causes des prisonniers politiques et plusieurs cas victimes d’arrestations arbitraires, « un citoyen gabonais, ne doit pas se taire. Il doit jouer sa partition, il doit toujours demeurer « digne d’envie ». « Je suis convaincu que notre pays a la force, le ressort, l’envie d’avancer parce qu’il a, en puissance, le peuple qu’il faut. Parce que le Gabon a un peuple qui bouillonne d’en faire un pays moteur du progrès en Afrique, du progrès politique et démocratique, nos compatriotes de la diaspora par leurs actions multiformes ouvrent un chemin. Du progrès pour chacun, parce que le Gabon que nous devons construire, c’est par-dessus tout un projet d’émancipation des individus, d’émancipation de la religion, des conditions d’origine. Ce doit être un pays dans lequel, en partant de rien, le talent, l’effort doivent pouvoir mener à tout », a réaffirmé Anges Kevin Nzigou.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile