Mesures d’austérité

Ali Bongo reconnait avoir toléré les « graves manquements » de son administration

Ali Bongo reconnait avoir toléré les « graves manquements » de son administration
Ali Bongo reconnait avoir toléré les « graves manquements » de son administration © 2018 D.R./Info241

Le Gabon a dégainé depuis juin dernier, une série de mesures d’austérité visant à compresser le personnel de l’administration publique pour faire des « économies ». Une situation consécutive aux nombreux « errements financiers » de l’administration d’Ali Bongo depuis 2009 dont il a reconnu un laisser-aller. « Il ne sera plus toléré de graves manquements », a-t-il lancé vendredi lors de la cérémonie de restitution du rapport de la task force sur l’éducation.

Les détournements des deniers publics sont légions dans l’administration gabonaise. Et les fossoyeurs de l’Etat ont de l’avis d’Ali Bongo, bien que trop profité de son laxisme à leur endroit. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Ali Bongo le 14 septembre dernier dans un discours lors de la cérémonie officielle de restitution des travaux de la task force qu’il a lui même commandé pour faire l’état des lieux de l’Education au Gabon.

Pour Ali Bongo s’exprimant devant ses ministres, collaborateurs et autres commis de l’Etat, « Je voudrai dire aux uns et aux autres que lorsqu’on a choisi de servir, il faut avoir le courage de reconnaître ses erreurs ». Avant d’insister : « Mais c’est surtout de s’amender qui est important que ça soit pour la question de l’hygiène publique avec les ordures que pour la question de l’Education ».

Un extrait du discours prononcé le 14 septembre à Libreville

Autrement dit, Ali Bongo est bien au fait des errements des responsables de son administration. Mais plus grave, il les tolère avec tout le mal que cela peut avoir avoir sur le service publique et les finances du pays. D’où sa nouvelle mise en garde contre ses collaborateurs : « Il ne sera plus toléré de graves manquements ». Ainsi selon Ali Bongo, les « petits manquements » pourraient ainsi se poursuivre. Seuls les « graves » ne seront plus « tolérés ». Voilà qui est dit !


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article