12:02

Crise post-électorale

Ali Bongo jugé ce samedi à Strasbourg par un tribunal gabonais très spécial


International
  • Ali Bongo jugé ce samedi à Strasbourg par un tribunal gabonais très spécial © 2017 D.R./Info241
Publié le 6 septembre 2017 à 12h42min

La diaspora gabonaise mettra ce samedi sur le grill Ali Bongo et ses sbires face à leurs crimes et autres exactions. C’est ce qu’indique un communiqué de presse parvenu ce mercredi à la rédaction d’Info241. Ali Bongo et son régime y répondront de nombreux chefs d’accusation comme ceux de crimes contre l’humanité, tortures, haute trahison et faux et usage de faux. Un tribunal d’exception donc qui débutera après une marche qui prendra son départ au Parlement européen de Strasbourg.

La diaspora gabonaise très remontée depuis le « hold up » électoral d’Ali Bongo, tentera à sa façon de le traduire en justice pour les nombreux crimes dont il aurait le secret depuis son arrivée au pouvoir en 2009. Au travers d’une manifestation qui débutera samedi matin par une marche ayant pour point de départ le Parlement européen de Strasbourg, les Gabonais de France convergeront ensuite vers la célèbre place de la République où aura lieu l’inquisition d’Ali Bongo.

Organisée par le Conseil gabonais de la résistance international (CGRi), cette manifestation populaire verra la participation de nombreux acteurs de ce mouvement citoyen gabonais qui continue, aux cotés de l’opposant Jean Ping, de contester vigoureusement la victoire d’Ali Bongo à la présidentielle d’août dernier, consacrée par sa belle-mère Marie-Madeleine Mborantsouo de la Cour constitutionnelle.

L’affiche de la manifestation

Ce samedi 9 septembre sera donc un grand jour puisque ce tribunal d’exception tentera de mettre en lumière les crimes commis par Ali Bongo et son régime notamment depuis août 2016. Ceux-ci sont pêle-mêle, selon les organisateurs, haute trahison, faux et usage de faux, viols répétés de la Constitution, coup d’Etat électoraux, crimes rituels, corruption, abus de biens sociaux, violations des droits de l’homme, tortures, crimes contre l’humanité etc.

Même un an après, les Gabonais sont toujours mobilisés pour dénoncer la victoire controversée d’Ali Bongo à la dernière présidentielle. Celle-ci avait été émaillée de nombreux actes de répression sanglante des autorités gabonaises. Outre les forts doutes de la Communauté internationale sur sa réélection, Ali Bongo dirige depuis un pays clairement divisé qui refuse de consommer son second septennat après un premier obtenu après la mort de son père qui a régné sur le pays durant 42 ans.

Un autre visuel annonçant les chefs d’accusation


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile