06:15
URGENT >>>

Le Gabon éliminé à domicile de la CAN U20 2019 par le Burkina Faso !


Discours à la nation

Ali Bongo fait des promesses en cascade aux Gabonais pour l’année 2018 !


Politique
  • Ali Bongo, lors de son discours télévisé © 2017 D.R./Info241
Publié le 31 décembre 2017 à 23h32min

Bien qu’il se refuse toujours de reconnaître la crise politique née de sa réélection controversée à la tête du Gabon, Ali Bongo a annoncé au cours d’un traditionnel discours à la nation, un cheptel de mesures pour améliorer sans attendre des années, le quotidien immédiat des Gabonais en 2018. Ali Bongo a même promis un « changement radical de gouvernance » qui va de « l’instauration d’une méritocratie » à « l’égalité des chances ». Des nouvelles promesses qui cachent mal le profond malaise politique de son second septennat à la tête du Gabon.

Pour 2018, Ali Bongo veut le meilleur pour les gabonais. Dans un discours à la nation diffusé dimanche soir, le président controversé du Gabon a promis de changer sa gouvernance et des mesures concrètes dont l’action serait immédiatement perceptibles tant sur le plan scolaire, de la santé et de l’économie. Ali Bongo promet de « retrouver notre cohésion ». Celle-ci serait « à la fois être politique, économique et sociale, territoriale et environnementale ».

Sur le volet de la cohésion politique recherchée, Ali Bongo l’illuminé démocrate promet des législatives que son administration n’a eu de cesse de repousser depuis décembre 2016 avec le soutien inconditionnel de la cour constitutionnelle. « En 2018, je vous invite donc à vous exprimer », a-t-il laissé entendre.

Sur le terrain de la « cohésion » économique et sociale, Ali Bongo a promis une fois de plus de s’attaquer aux « préoccupations de la vie de tous les jours : l’emploi, l’éducation, la santé, le logement, le pouvoir d’achat, les retraites... ». Sur le pan de l’emploi, Ali Bongo a annoncé « l’exonération temporaire de cotisations sociales pour toute création nette d’emploi à compter du 1er janvier 2018 ». Cette mesure devrait permettre la création de « 10 000 emplois nouveaux par an ».

Reconnaissant de « gros efforts de rattrapage à faire » sur la pan scolaire, Ali Bongo n’a pas promis de nouveaux établissements scolaires mais leur réfection. Il a également annoncé que « 94 écoles du secondaire seront dotées de 30 ordinateurs chacune, ainsi que d’une connexion internet » soit 2820 ordinateurs. Pour le primaire, Ali Bongo a promis un « vaste plan de rénovation des écoles primaires sur l’ensemble du territoire ». Au total, « 92 écoles de la capitale, Libreville, et 697 écoles dans les neuf provinces seront concernées ».

Conscient que « la vitalité d’un pays dépend de la santé de sa population », Ali Bongo a promis « mise en place d’un réseau de cliniques mobiles dans chacune des provinces du Gabon ». Chaque réseau « réseau sera constitué d’une flotte de bus médicalisés, de type 4X4, disposant de l’équipement nécessaire pour réaliser des soins d’urgence et de base ». Mais aussi, un « programme de gratuité des frais d’accouchement sur toute l’étendue du territoire national à compter du premier trimestre 2018 ». Cette mesure viserait ainsi à « réduire le taux de mortalité infantile mais aussi à soulager les familles face aux dépenses, souvent lourdes, liées à la naissance d’un bébé », a-t-il rappelé.

Au chapitre des services de base aux populations, Ali Bongo a promis « l’installation de lampadaires solaires photovoltaïques dans les zones rurales et dans certaines villes présentant des insuffisances en matière d’éclairage publique ». Ainsi d’ici mars 2018, ce sont « 5 000 lampadaires solaires » qui « seront déployés sur tout le territoire national ». Mais aussi des « Des puits équipés de pompe à eau seront installés dans chaque regroupement de villages à travers le pays ». Là se sont au premier trimestre 2018, « 925 regroupements de villages » qui en seront impactés.

Sur le plan territorial, Ali Bongo a promis « la création d’un Fonds d’Initiative Départementale (FID) dans chacun des départements du pays afin de financer les projets de développement à la base et offrir à chaque département plus d’autonomie ». Et d’ajouter : « Chaque fonds départemental sera doté d’un budget annuel d’un milliard de FCFA et sa gestion sera assurée par le gouvernorat » de chacune des provinces.

En somme, Ali Bongo promet de « faire de 2018 une année marquée du sceau de l’efficacité ». Reconnaissant des lacunes et des lenteurs dans l’exécution de son projet de société 8 ans après, Ali Bongo a avoué :"Nous ne pouvons plus, en effet, nous offrir le luxe d’attendre. Les méthodes doivent évoluer. L’heure est au pragmatisme, l’heure est au concret. Et je ne tolérerai plus aucun retard, ni obstacle dans la mise en œuvre de ces projets « .

Avant de conclure, insistant : »Entendez bien ce message : l’heure est aux réalisations. C’est donc une nouvelle étape, une nouvelle ère, dirais-je même, de la gouvernance publique que je compte bien mettre en œuvre dès 2018". Des énièmes promesses qui ne manqueront pas de susciter des réactions des citoyens gabonais affaiblis par la crise post-électorale et ses dégâts collatéraux sur le plan économique et social suite à une mauvaise gouvernance du pays.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile