20:17

Distinction

Ali Bongo, curieux lauréat d’un soudain prix d’honneur aux Etats-Unis


Analyse
  • Ali Bongo aux cotés de ses bienfaiteurs de la WCS © 2017 D.R./Info241
Publié le 7 juin 2017 à 19h44min

Alors que depuis leur arrivée aux Etats-Unis Ali Bongo et sa délégation sont conspués et pourchassés par des compatriotes en colère, une ONG américaine spécialisée dans la protection de l’environnement vient de lui décerner un prix d’honneur. Même si l’on est tenté de s’interroger sur l’opportunisme d’une telle distinction et sa réelle utilité, Ali Bongo a reçu heureux ce prix qui vient s’ajouter à sa garde-robe de trophées personnels.

Quelle mouche a donc bien piqué la Wildlife Conservation Society (WCS) ? A peine Ali Bongo s’est tenu debout lundi à la tribune de l’ONU pour annoncer que son pays allait créer 20 aires aquatiques protégées - en raison évidemment de sa présence à une conférence sur les océans - que la WCS a décidé de lui couvrir du prix Theodore Roosevelt Award for Conservation Leadership, censé célébré son leadership et son engagement auprès de la faune et de la flore.

Un soudain lauréat

Bien que personne au Gabon ne connaisse ce prix, ni n’en a entendu parler avant, il y a tout de même lieu de s’interroger sur le sérieux et de la rapidité avec laquelle celui-ci a été décerné à Ali Bongo. N’y avait-il pas d’autres lauréats engagés dans cette lutte ? Comment une personnalité peut-elle être primée aussi rapidement, moins de 10h après celle-ci ait prononcé un discours devant la tribune des Nations-Unies ?

Plusieurs mauvaises langues y voient déjà volontiers la main-noire de lobbyistes américains moyennant de fortes sommes d’argent qu’aurait versé aux organisateurs la galaxie présidentielle. Le chiffre de 3,5 millions de dollars soit 2,042 milliards est d’ailleurs avancé pour justifier ce couronnement spectaculaire du fils d’Omar Bongo, réélu dans des conditions très controversées, loin des standards démocratiques admis en Occident.

L’écologie avant l’humain

Vu que nous en sommes là, personne ne connaîtra finalement le fin mot de cette opération suspecte. Rappelons que ce prix n’a aucune utilité ni pour le Gabon ni pour les citoyens qui doivent tenir le diable par la queue. De plus, ce prix est délivré à un homme, Ali Bongo, qui lui seul saura trouver le plein profit de cette distinction alors que le Gabon continue de manquer de routes, d’écoles, de structures sanitaires ou encore de l’eau pour s’alimenter etc.

Pendant que la question de la faune, de la flore et des océans semble préoccuper Omar Bongo puis son fils Ali Bongo, les Gabonais continuent eux d’attendre l’amélioration de leurs conditions de vie. Eux, soulignons-le, qui les ont élu pour changer, organiser et améliorer leur quotidien. Les prix honorifiques et les océans passent bien avant l’humain chez les Bongo qui dirigent tout deux , chacun à leur tour, le Gabon depuis voilà 50 ans !


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile