10:24

Portrait inédit

Ali Bongo aura droit à son portrait d’apprenti dictateur françafricain, ce jeudi soir sur France 2


Société
  • Le sujet placera le téléspectateur en immersion, au plus près d’une journée banale d’Ali Bongo © 2017 D.R./Info241
Publié le 5 juillet 2017 à 19h56min

Ce jeudi soir, les équipes de Complément d’enquête sur France 2 livreront un portrait fantasque et acide d’Ali Bongo dans un hors-série du célèbre magazine d’enquête. Intitulé Le clan Bongo, une histoire française, ce reportage qui ne manquera pas de faire réagir, dépeint un Ali Bongo qui s’est laissé filmer par les journalistes français. Le document immersif donnera également la parole à ses détracteurs tels que Robert Bourgi, Antoine Glaser,... Un document qui pourrait donc faire date !

Vous ne verrez sûrement plus Ali Bongo comme avant après avoir suivi le reportage qui sera diffusé jeudi 06 juillet chez nos confrères de France 2 à 21h45, heure de Libreville. L’enfant de la françafrique, Ali Bongo, est dépeint grandeur nature sur ses traits les plus réels : le fantasque, le luxe et la dictature. On y voit Ali Bongo au plus près à bord d’un Range Rover s’offrant un tour de ville surveillé avec sa garde rapprochée.

Ali Bongo tente de s’y présenter comme un président cool et proche de son peuple grâce notamment au travail de communication d’une myriade d’agences en France, attirées par les pétrodollars du régime partage volontiers. L’arbre qui tente de cacher la forêt de cadavres que traîne le digne successeur attitré de la françafrique, Omar Bongo, et une élection présidentielle remportée par la triche, sur fond de crimes contre l’humanité.

Un extrait du reportage diffusé ce jeudi soir sur France 2

Coté détracteurs, Antoine Glaser le fondateur et rédacteur de La lettre du continent le décrit comme un mélange corrosif entre « docteur Jekyll et mister Hyde », souligne ce spécialiste de l’Afrique. « Il est diabolique, sans cœur », fustige Robert Bourgi, proche conseiller d’Omar Bongo qui reconnait avoir tout fait pour l’imposer aux Gabonais en 2009 grâce aux manœuvres françafricaines bien connues de la famille Bongo qui s’est accaparée depuis 1967 le pouvoir présidentiel.

Vous l’aurez compris, ce reportage promet de présenter un Ali Bongo qui sait compter sur la Françafrique pour demeurer au pouvoir. Mais aussi ses dérives dictatoriales lui qui n’hésite pas à recourir à l’armée pour ouvrir le feu sur ses opposants. Ce fut notamment ce qui arriva le 31 août dernier, où la Garde républicaine, sa garde militaire rapprochée, avait tiré à balles réelles sur le quartier général de Jean Ping. L’assaut armé avait fait de plusieurs dizaine de morts que le régime continue de justifier l’assassinat par le banal mobile de « maintien de l’ordre », des civils pourtant désarmés.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile