20:55

Crise sociale

A peine nommé, Ndemezo’o Obiang réduit les indemnités pourtant dérisoires du personnel du CES


Société
  • A peine nommé, Ndemezo’o Obiang réduit les indemnités pourtant dérisoires du personnel du CES © 2017 D.R./Info241
Publié le 11 octobre 2017 à 11h18min

La grogne monte au sein du Conseil économique et social (CES), les agents se sentent lésés et floués par la décision n°002/PCES portant réduction temporaire de 30% des indemnités et primes allouées aux personnels du CES prise le 05 octobre 2017 par le nouveau président sulfureux, René Ndemezo Obiang, dont une copie a été consultée par la rédaction d’Info241. Sans pourtant réduire ses colossales indemnités qui se chiffrent environ à 13 millions de franc CFA, le vacillant président assèche les primes qui sont déjà amoindries, des fonctionnaires perçoivent les modiques sommes de 200.000 à 48.000 milles franc CFA.

Les agents administratifs du CES qui font malgré toutes les pesanteurs un travail minutieux lors des différentes sessions sont alarmés par la décision n°002/PCES portant réduction temporaire de 30% de leurs indemnités. Interrogé par Info241, un fonctionnaire du CES qui a requis l’anonymat s’est indigné en ces termes : « Au moment où le budget alloué au Conseil Economique et Social (CES) de l’exercice budgétaire 2018 aspire à la hausse, M. Ndemezo Obiang a fait le choix de nous assécher et de nous plonger dans une précarité extrême. Car nous n’arrivons pas déjà à joindre des deux bouts avec ses maigres primes que nous percevons  ».

Et de poursuivre choqué, «  Nous sommes interloqués par l’incohérence de cette mesure décisionnelle qui s’applique uniquement au personnel et le président du CES et tout son cabinet préservent eux leur indemnité dont figurez-vous peut-être revue à la hausse à son gré. Nous sommes des fonctionnaires épris de professionnalisme et nous mettons toute notre énergie à chaque session en travaillant d’arrache pied pour l’Etat gabonais. Ce travail doit être reconnu à sa juste valeur car nous ne sommes pas des faire-valoir, mais des agents de l’Etat au service de la nation. C’est une situation rocambolesque car il n’y a aucun texte de loi qui réglemente et qui régi l’indemnisation des agents du CES ».

Selon un autre membre du personnel abasourdi, « Cette décision n°002/PCES portant réduction temporaire de 30% des indemnités et primes allouées aux personnels du CES, c’est un cas flagrant d’injustice qui nous montre que la politique du ventre vient piétiner, que dis-je saborder les règles de management des ressources humaines. Car que peuvent bien représenter 30% de 48.000 franc CFA, si on veut réduire le train de vie du CES, quand le président lui-même perçoit plus de 13 millions d’indemnités, sans pourtant les réduire. Et nous ne mentionnons pas les frais de mission colossaux de son cabinet, sans omettre le parc automobile et tous les autres ornements soporifiques ».

Signalons qu’un préavis de grève a été déposé par la centrale syndicale des fonctionnaires du CES et que les négociations ont commencé avec le cabinet critiqué de René Ndemezoo Obiang. Rappelons que ce dernier doit sa nomination tendancieuse après avoir trahi le président de la Coalition de l’opposition, Jean Ping, cautionnant le coup d’état militaro-électoral d’Ali Bongo. Ce, en jouant un machiavélique rôle dans le monologue-politique d’Agondjé pour le partage du gâteau-Gabon avec pour objectif la distribution des postes et des intérêts personnels au détriment des aspirations du Peuple Gabonais souverain.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile