Flou artistique

5e législature : les sénateurs gabonais ont validé leur propre saut dans l’inconnu !

5e législature : les sénateurs gabonais ont validé leur propre saut dans l’inconnu !
5e législature : les sénateurs gabonais ont validé leur propre saut dans l’inconnu ! © 2020 D.R./Info241

Le mandat des sénateurs gabonais s’est achevé hier avec la clôture de seconde session parlementaire de ce parlement composé d’élus municipaux. Un mandat de la 4e législature qui s’achève alors que l’on ne sait toujours pas quand aura lieu l’élection des nouveaux sénateurs de la 5e législature. Pire, après la réduction de leur nombre de 102 à 53, Ali Bongo a décidé de désormais en nommer une partie. Un saut dans l’inconnu qu’ils ont par ailleurs acclamé en votant sans broncher la révision constitutionnelle voulue par Ali Bongo et son gouvernement.

News sur WhatsApp

Lire aussi >>> Reforme constitutionnelle d’Ali Bongo : 75 sénateurs approuvent à leur tour le texte !

Quel sera l’avenir du Sénat gabonais et la composition de cette future 5e législature ? Nul ne le sait rien à part Ali Bongo, lui-même. En dégraissant le nombre de sénateurs appelés désormais à n’être désormais qu’une cinquantaine, rien ne laissait présager qu’Ali Bongo s’octroierait également le pouvoir d’en nommer une partie. Laissant désormais planer un flou artistique sur la représentativité de cette chambre parlementaire créée en 1997.

La composition du bureau sortant du Sénat

Ainsi, le mandat de la présidente Lucie Milebou-Aubusson et ses pairs est arrivé à expiration ce 30 décembre avec la clôture de leur dernière session parlementaire. Cette 4e législature qui a débuté le 27 février 2015, sera donc la dernière établie exclusivement sur le suffrage universel indirect. A une date que nul ne connait pour l’heure, cette chambre devra être renouvelée de 53 membres dont un nombre, à aussi inconnu, devra être nommé par Ali Bongo.

Lire aussi >>>Le pouvoir gabonais s’offre une nouvelle Constitution en seulement 6 jours chrono !

De quoi complexifier encore plus les sénateurs eux-mêmes qui clôturé leur mandat dans le flou complet. Beaucoup d’entre eux ne regagneront pas le chemin du Palais Omar Bongo Ondimba due à la compression de leur nombre. Pire, ils ont fait un plébiscite à la reforme d’Ali Bongo qui fixera par loi organique, la part de sénateurs qu’il sera libre de nommer à sa guise. Un saut dans l’inconnu qui fait d’Ali Bongo, le puissant maitre des horloges du Sénat.

En attendant, l’on ne sait toujours pas quand aura lieu le scrutin de renouvellement de cette chambre qui doit reprendre du service en mars 2021. Toute chose qui laisse croire que l’on s’achemine vers un probable prolongement du mandat de la législature sortante à moins que le Centre gabonais des élections (CGE) arrive à organiser avant mars, le scrutin de renouvellement de cette chambre qui s’accompagne nécessairement d’un nouveau redécoupage électoral des circonscriptions des futurs sénateurs élus et nommés.


Newsletter de Info241.com

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir notre newsletter quotidienne


Info241.com s'engage à ne pas vous envoyer de messages non sollicités. Si vous changez d'avis, vous pourrez vous désabonner de cette newsletter à tout moment.

Commenter l'article