08:44

Malaise présidentiel

50 millions pour des « prières » pour la fin des ennuis de santé d’Ali Bongo !


Politique
  • 50 millions pour des « prières » pour la fin des ennuis de santé d’Ali Bongo ! © 2018 D.R./Info241
Publié le 1er décembre 2018 à 17h47min

Selon des sources officielles gabonaises, Ali Bongo « va mieux » sinon « extrêmement mieux ». Cela n’empêche pourtant pas ses fidèles parmi les fidèles, notamment l’association politique de Brice Laccruche Alihanga, d’interpeller les dieux pour le retour avec ses « automatismes habituels » d’Ali Bongo, hospitalisé depuis jeudi dans un hôpital militaire de Rabat après un long séjour à Riyad. Une cérémonie grandeur nature a ainsi été organisée hier par l’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) avec comme d’habitude des élèves mis à contribution.

Des élèves venus pour prier pour Ali Bongo

L’Association des jeunes émergents volontaires (AJEV) du puissant directeur de cabinet d’Ali Bongo, Brice Fargeon Laccruche, ne cesse de prier pour la santé de leur bienfaiteur à l’origine de leur ascension sociale. Hier au palais des sports de Libreville et ce malgré la forte pluie qui s’est abattue sur Libreville, les Ajeviens tout blanc vêtus ont de nouveau interpellé Dieu pour qu’il intercède en leur faveur pour le retour d’Ali Bongo.

50 millions pour prier pour un homme qui « va mieux »

Selon nos confrères de la Lettre du Gabon, cette cérémonie aurait drainé 8.000 personnes en grande majorité des élèves en tenue scolaire pour remplir le gymnase. Elle aurait coûté ainsi la bagatelle somme de 50 millions, payés par les militants d’Ali Bongo. Chaque participant convié à cette « messe » grandeur nature aurait perçu 5.000 FCFA pour daigner prier pour le président gabonais, absent du Gabon depuis le 23 octobre pour des raisons de longue maladie.

Une vue des Ajeviens de la première heure, en première ligne de cette messe de prière

Le directeur de cabinet présidentiel Brice Laccruche à la manœuvre, a pu compter sur les cadres de son association pro-Bongo préalablement implantés dans l’administration publique pour financer ladite manifestation. Selon La lettre du Gabon, la messe, les colombes et les prières d’hier auraient été entièrement financées par « Patrichi Tanaza, directeur général de Gabon Oil Company (GOC) et Tony Ondo Mba, directeur général adjoint en charge des finances de la Société d’Energie et d’Eaux du Gabon (SEEG) ».

Ali Bongo, une absence à double tranchant pour les « émergents »

Espérons simplement que ces prières seront enfin entendues par les dieux censés veiller sur un Ali Bongo dont on n’ignore tout de sa maladie. Victime d’un malaise en Arabie Saoudite, la Présidence gabonais avait d’abord évoqué une fatigue passagère avant d’annoncer des saignements et une importante opération chirurgicale. D’autres sources évoquant un accident vasculaire cérébral.

Après 5 semaines à Riyad, Ali Bongo aurait préféré continuer ses soins chez son ami le roi du Maroc, Mohammed VI. Le Maroc plutôt que le Gabon pour suivre une « rééducation » et sa « convalescence » après le malaise qui l’accable et qui endeuille déjà ses soutiens qui pourraient tout perdre si jamais celui qu’on tance sur les réseaux sociaux comme le « Distingué convalescent camarade » ne recouvre pas assez vite ses moyens et la direction des affaires du pays.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile