18:47

Fête du travail

1er-Mai : Des travailleurs dénoncent les brimades anti-syndicales des autorités gabonaises


Société
  • Les syndicalistes lors de leur marche, hier à Libreville © 2018 D.R./Info241
Publié le 2 mai 2018 à 17h06min

Pour la fête du travail célébré hier, les fonctionnaires gabonais membre de la confédération syndicale Dynamique unitaire (DU) qui ont boudé les manifestations officielles, se sont donnés rendez-vous à Awendjé. Occasion pour la puissante confédération syndicale des salariés du secteur public de dénoncer la discrimination anti-syndicale dont elle est victime de la part des autorités gabonaises.

Mardi, les commémorations de la fête du travail ont revêtu un son de cloche particulier. Alors que plusieurs travailleurs du public et de public défilait devant un Premier ministre démissionnaire, les syndiqués de Dynamique unitaire tenaient eux, leur propre manifestation sous le thème : « Travailleur du Gabon, lève-toi et marche pour défendre tes droits ». Non sans un important dispositif sécuritaire des forces de l’ordre.

Après une marche qui a eu pour point de départ le siège de confédération syndicale, les membres ont pris d’assaut le carrefour Awendjé pour y lire une déclaration en règle contre les autorités gabonaises. Dans cette déclaration, le président de Dynamique unitaire, Jean Rémy Yama, a dénoncé l’exclusion et la discrimination anti-syndicale, dont cette confédération de travailleurs se dit être victime de la part du gouvernement gabonais, et ce en dépit du récépissé officiel obtenu des autorités depuis le 8 septembre 2015.

Une des nombreuses pancartes des travailleurs gabonais

« Dynamique unitaire ne bénéficie pas des subventions de l’Etat. Elle est exclue des rencontres auxquelles les autres organisations syndicales sont conviées. Cette discrimination anti-syndicale et cette exclusion de Dynamique unitaire par le Gouvernement, sont en totale violation des Conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) n°87, 98, 151, 144, de la loi n°14/2005 du 8 Août 2005 portant code de déontologie de la Fonction publique en ses articles 6 et 9 », a laissé entendre Jean Rémy Yama.

Par ailleurs, M. Yama a déploré que la célébration du 1er Mai trouve une fois encore, les travailleurs gabonais, de son organisation syndicale, en pleine grève générale. « Cette grève a pour objectif de demander le retrait et l’annulation de l’ordonnance querellée et controversée, adoptée en conseil des ministres, le 23 Février 2018 », a rappelé le président de DU.

Une vue de la marche

Pour lui, cette ordonnance qui repose sur le paiement au trentième des salaires des fonctionnaires, l’avancement exclusif au mérite des agents publics de l’Etat, la suppression du paiement des services rendus, la non législation des éléments de rémunération par le Parlement, a été prise et adoptée en l’absence du dialogue social, sans consultation des organisations syndicales, comme l’exige la loi 8/91 du 26 Septembre 1991 portant statut général des fonctionnaires en ses articles 25 et 26, et la loi 1/2005 portant statut général de la Fonction publique en ses articles 72 et 73.

A cet effet, Jean Rémy Yama demande, entre autres, à tous les travailleurs de se lever pour défendre leurs droits, en observant la grève générale illimitée. Au Gouvernement, Dynamique unitaire exige l’organisation des élections professionnelles ou syndicales ; le retrait de l’ordonnance querellée du 23 février 2018 ; l’organisation du dialogue social ; et le respect des droits des travailleurs du Gabon.


Laissez un commentaire
© 2013-2018 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile