19:17

Pluie de sanctions

Des cyclistes gabonais radiés à vie pour avoir boudé la Tropicale Amissa Bongo


Sports
  • Des cyclistes gabonais radiés à vie pour avoir boudé la Tropicale Amissa Bongo © 2017 D.R./Info241
Publié le 4 mars 2017 à 07h34min

Le Gabon est décidément une République singulière où se doit de régner un patriotisme sportif "avant toutes autres considérations". Pour avoir dénoncé leur impréparation et réclamé le paiement de leurs primes impayées depuis deux ans, 6 coureurs gabonais ayant décidé de ne pas prendre le départ d’une course cycliste internationale chère aux autorités gabonaises, ont été radiés à vie par le gouvernement gabonais de toute sélection nationale. Une peine capitale qui pourrait clairement handicaper le cyclisme national déjà dans un cycle noir.

La 12e course cycliste du Gabon dénommée Tropicale Amissa Bongo, du nom de la défunte sœur cadette du président Ali Bongo, se déroule depuis lundi sans la sélection gabonaise qui a décidé de pas prendre le départ de cette course en raison de nombreuses primes impayées. Une situation toute inédite qui a eu le chic de mettre en colère le gouvernement gabonais, évoquant même un déshonneur alors qu’aucun cyclisme n’avait pu accéder au top 20 de la compétition depuis la création de la course cycliste.

« Comment pensez-vous, un seul instant que nous puissions faire honneur à notre pays, après être restés de nombreux mois sans compétitions, travaillé sans assistance technique et médicale et, à la fin, accepter les promesses (fédérales), alors que nous n’avons reçu de primes, ni pour la mise au vert au Maroc, ni pour cette édition de la Tropicale Amissa Bongo ? Et nous ne parlons même pas des arriérés des précédentes éditions de cette compétition et des autres compétitions non payées depuis 2014 ? », s’étaient justifiés les cyclistes gabonais.

Une réunion de crise aux nombreuses sanctions

Un forfait prématuré du Gabon qui n’a visiblement pas été du goût de la cousine d’Ali Bongo, Nicole Asselé, la ministre gabonaise des Sports. Au cours d’une réunion mercredi avec la fédération gabonaise de cyclisme (FEGACY) et les cyclistes en colère, la ministre aura finalement procédé à des sanctions confirmées hier par un communiqué : le président de la FEGACY, Nazaire Embinga, est poussé à la démission tout comme le directeur technique national et les cyclistes radiés à vie de la sélection nationale.

Une vue des participants à la réunion de crise de mercredi

Même si, la ministre dit avoir reconnu le bien fondé des revendications des cyclistes portant essentiellement sur le non paiement de leurs primes de participations à de nombreuses compétitions internationales depuis au moins deux ans, ce qui ne l’empêche pas de crier au manque de patriotisme. Pour le ministère de tutelle, les 6 cyclistes qui écopent de la peine capitale, sont donc sanctionnés « pour avoir manqué à leur devoir patriotique de servir les couleurs de la Nation, avant toutes autres considérations ».

Parmi les cyclistes condamnés pour manque de patriotisme sportif figure en bonne place Cédric Tchouta, Geoffroy Ngandamba, Glenn Morvan Moulengui, Ephrem Ekobena, Frans Rael Nzahou et Paul Junior Maroga Mouckoda. Des cyclistes qui ont pourtant fait la fierté du Gabon à cette course cycliste qui fait le bonheur de cyclistes venus de l’étranger et où jamais ne brillent les coureurs gabonais.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile