20:40

Etat-civil

115 millions d’enfants africains n’auront pas d’existence officielle en 2030


Société
  • 115 millions d’enfants africains n’auront pas d’existence officielle en 2030 © 2017 D.R./Info241
Publié le 7 décembre 2017 à 17h54min

Quatre-vingt-quinze millions d’enfants en Afrique Subsaharienne n’ont pas été enregistrés à la naissance, et ce nombre pourrait grimper à 115 millions en 2030 si des mesures énergiques ne sont pas prises, affirme un communiqué de l’UNICEF parvenu à la rédaction d’Info241 aujourd’hui.

L’UNICEF publie ces chiffres à l’occasion de la Quatrième Conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état civil qui se tient à Nouakchott en Mauritanie cette semaine, et demande aux pays africains de donner la priorité à l’enregistrement des naissances en tant que première étape critique d’un système national fonctionnel d’enregistrement civil et de statistiques vitales

« La non existence légale des enfants ne peut pas continuer à des niveaux si élevés, » a déclaré Leila Pakkala, Directrice Régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Est et Afrique Australe. « Sans document prouvant son identité, son âge ou sa nationalité, un enfant est exposé aux violations de ses droits, tels que le mariage précoce, le travail forcé ou le recrutement dans les forces armées. »

Selon l’UNICEF, l’analyse des tendances montre que le taux d’enregistrement des naissances ne s’est pas amélioré aux cours des seize dernières années. Avec une population infantile en pleine croissance, et des progrès trop lents en matière d’état civil, il pourrait en 2030 y avoir près de 115 millions d’enfants sans existence légale en Afrique subsaharienne, ce qui est bien loin de l’objectif de développement durable 16.9 qui vise à garantir à tous une identité juridique, notamment grâce à l’enregistrement des naissances.

Cependant, malgré les nombreux défis, il est démontré à travers le continent que la coordination avec d’autres secteurs sociaux, en particulier les services de soins de santé pour les enfants, ainsi que les campagnes de vaccination, peut accélérer et augmenter l’enregistrement des enfants nés dans les établissements de santé et à la maison.

« Dans plusieurs pays sur le continent, l’expérience a montré que le couplage des services de santé et d’état-civil peut remédier aux faibles taux d’inscription des naissances, » a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre. « Des pays comme le Ghana, le Mali, le Sénégal, l’Ouganda, la Namibie et l’Éthiopie ont presque doublé leurs taux d’enregistrement en liant les deux secteurs. »

L’UNICEF soutient Le Programme pour l’Amélioration Accélérée de l’Enregistrement des Faits d’Etat Civil et de l’Etablissement des Statistiques de l’Etat Civil en Afrique (APAI-CRVS), qui vise à réformer définitivement les systèmes d’état civil, y compris l’enregistrement des naissances sur l’ensemble du continent.


Laissez un commentaire
© 2013-2017 Binto Media Group |  Mentions légales |  Conditions générales |  Rejoindre la rédaction |  Flux RSS |  Publicité |  Binto Media Group |  Placer votre pub sur le site
Passer à la version mobile